Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 12:40

 

  A partir d'une discussion sur forum:

 

 

 

 
 
 Pour parler de la précision avec ou sans mors (je pense que cela intéressera Soffad), il y a enfin des ennasures très précises qui ont vu le jour ces dernières années (lire le commentaire en fin d'article) 

 

 

      Je pense plus particulièrement au Likorne qui est loin d'être gracieux mais qui est un outil d'une précision rare (puisque créé à la mesure de la tête du cheval pour agir sur les points sensitifs du crâne). (ci dessus)

 

 







 

Présentation dessous (action semblable au bitless en plus léger)


En action



(Ungaro, étalon)

 

L'exposé qui suit est une réflexion toute personnelle je tiens a le préciser...

 

Je suis tout a fait d'accord avec l'exposé de la vidéo ci dessus pour dénoncer plus particulièrement ce qui concerne l'emploi de la muserolle telle qu'elle est utilisée par la grande majorité des cavaliers(ières) et de manière tout a fait répréhensible et inconfortable lorsqu'elle est serrée au maximum...

Pour ma part la dite muserolle sur tous les chevaux que j'ai monté ou fait monter est ajustée de façon a ce que deux doigts puissent facilement passer entre cuir et peau...et même souvent, employés "sans muserolle" (très rarement)...(photo ci dessous..H.Daffos sur Vizir)....

VIZIR-1979-copie.jpg

Je fais confiance a priori et loin de moi l'idée de dénigrer les choix et les besoins de tout un chacun de sérieux en matière d' enrênements puisqu'ils me sont totalement étrangers...

Je constate seulement qu'ils ne datent que de quelques mois pour certains, à peine quelques petites années pour d'autres et je préfère, si on le veut bien, me référer a ce que je crois connaitre un peu mieux et dont l'utilisation date depuis des centaines voire des milliers d'années

 ...autrement dit "une main, une rêne et un mors trois attributs qui quand ils sont complémentaires (et ils le sont très souvent) se suffisent a eux mêmes pour goûter a d'appréciables satisfactions équestres...

Main, rêne et mors qui n'ont pas empêché "l'animal" que nous enfourchons a être celui qui, depuis la nuit des temps, a augmenté sa taille, sa force et son intelligence "puissance 1000" (il n'avait que la taille d'un petit chien et c'est je crois l'exception parmi les créatures de l'univers) pour devenir peut être le plus bel "animal" de la création...

Une main, une rêne et un mors qui, telle une caresse, m'a fait, un jour, voir et filmer "ça"(vidéo ci dessous) et me faire rêver en pensant que si c'est possible en compétition et sur 1m50 j'imagine pouvant alors être mille fois plus facile en utilisation "normale" et durant toute une vie équestre ...

Le "Nirvana" ressenti par le couple cheval/cavalier sur le plat...

 


 

 

La rêne est un instrument de musique...on joue avec...dixit JDO"

J'ai toujours oeuvré du mieux que j'ai pu pour éduquer ma main et cela en étroite compagnie du mors, celui ci toujours considéré et utilisé comme complément (collaborateur) "amical plutôt que prédateur...et comme disait un de mes anciens instructeurs écuyer au Cadre (G.L): " Il y a un oeuf dans la bouche de ton cheval veille bien a ne pas le casser !)


Pas de pieds, pas de cheval...Pas de mains, pas de cavaliers !...les grands anciens n'avaient besoins que de fils de laine pour manoeuver leurs chevaux...

      --------------------------

Ma réflexion personnelle est que je ne vois pas l'intérêt du "sans mors" si on a le respect de la bouche du cheval et si on éduque celui ci au respect de la main du cavalier...

Pour ma part l'éducation "générale" du poulain à 4 ans se pratique a 80% rênes longues (pratiquement abandonnées, tout au moins tenues a la boucle) et le reste "rênes fluides" donc nullement traumatisant mais tres intéressant pour une accoutumance toute en douceur ...

 

 

 

Très honnêtement, je ne conçois pas que l'on puisse se passer du mors si on veut avoir un minimum de précision et de "ressenti"...n'oublions pas que nous avons a faire a 5 ou 600 kgs de muscles, dont les réflexes sont infiniment supérieurs aux nôtres et qu'il va falloir contrôler...

Mais ce n'est que mon avis sur la question...

et puisqu'il y a toujours le revers d'une réflexion ou d'une affirmation je me sens obligé de poser cette vidéo qui représente le haut niveau de ce qu'on peut prétendre faire "sans mors" et en suite "sans selle" pour une utilistion du cheval en CSO,dressage et CCE..

 

 

Et je ne parle pas de l'équilibre de cette cavalière, de l'indépendnace de ses aides et de son sens de l'obstacle...assez impressionnant, faut il le dire:


 

 

----------------------------------

Repost 0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 01:05

Deux écoles différentes...A chacun sa vérité !

 

L'une (Orgeixienne et Bauchériste) basée sur le principe en préalable du "relèvement de la base de l'encolure" effectué par une position de mains "a leur places", toujours au dessus de la bouche du cheval  (photo ci dessous) et non basses ou posées sur le garrot.... mais aussi du principe de l'incurvation de cette même encolure (et seulement de l'encolure) pour obtenir l'abaissement des hanches ..

 

L'autre (officielle) sur le travail en "extension vers le bas" et le principe qui veut suggérer que le cheval "s'incurve autour de la jambe du cavalier" (le cheval "cintré") principe qui n'est qu'une vue de l'esprit, prouvé et démontré photos a l'appui mais toujours enseigné dans la majorité des écoles d'équitation francaises

 

Toutes les deux avec le même objectif: l'abaissement des hanches pour l'engagement des posterieurs, et ainsi obtenir "l'équilibre" dans la "légèreté" 

                                                                                              exquise copie

J'essaierai par cet article d'établir (et d'expliquer selon mon point de vue qui n'engage que moi même) la différence d'attitude du cheval monté a l'obstacle, résultat d'un travail spécifique tres différent sur le plat selon les cas...

Cela en toute objectivité de ma part, me basant sur un acquis personnel a cheval lors de plusieurs stages orchestré par J.d'Orgeix ainsi que sur les écrits et vidéos stigmatisant les unes ou autres façons d'être et de paraître...

(ci contre H.Daffos sur Exquise )
 
 

                  Je traite sur mon site plus en détail ce sujet dans(cliquez sur les liens)

http://www.equi-midi.fr/article-8-relevement-de-la-base-de-l-encolure-43160972.html 

http://www.equi-midi.fr/article-le-relever-de-l-encolure-en-parcours-d-obstacle-43652689.html

http://www.equi-midi.fr/article-incurvation-et-report-de-poids-sur-l-epaule-exterieure-72558700.htm

                                                                equilibre par JDO photo

   (ci contre) J.d'Orgeix au travail du relèvement de la base de l'encolure (Rythmes et angles chez Belin)

 

Bien entendu j'accepte et même demande le dialogue (commentaires posés en fin d'article) de la part de qui que ce soit si le raisonnement est sur la base de constatations faites "a cheval" et non pas virtuelles...

Et ceci sans aucun esprit polémiste mais pour un éventuel choix du dressage a envisager de la part du cavalier(ière) a la recherche de SA "vérité" ...si tant est qu'il puisse exister une vérité en "art équestre" ! 

 

 

 

 

      -------------------------

 

 

(Vidéo ci dessousLe même concours..le même parcours (140)..deux méthodes...deux écoles différentes...deux équilibrages différents !

L'une, adepte du "relèvement de la base de l'encolure" depuis le début de l'éducation de cette jument de 4 ans (elle en a 8 sur ce parcours) et dirigée par des mains a leur places, au dessus de la bouche... posterieurs engagés sous la masse et hanches abaissées

L'autre, relevant de l'enseignement de l'Ecole Officielle (FFE)...avec un des meilleurs chevaux d'obstacle de l'époque (2005) travaillé depuis plusieurs années au Cadre Noir de Saumur et monté par un des meilleurs cavaliers d'obstacle du Cadre et pratiquant le travail, dès le début de l'éducation du poulain, en extension d'encolure vers le bas ....

 

 

Mon intention, quand j'ai filmé ces deux parcours et que j'en ai fait une vidéo n'était pas de juger la monte des deux cavaliers, toutes deux excellentes dans leur spécificité respective, mais de mettre l'accent sur le style de chaque cheval résultant du travail de dressage SUR LE PLAT accompli en amont...et de montrer par l'image ce que l'on peut ressentir en suivant ces deux routes tellement différentes...
 
Il me semble que le CSO est affaire d'équilibrage vers le haut préparant l'engagement et surtout l'abaissement des hanches (tout comme d'ailleurs pour le dressage académique..) Sorti de là, point de salut...
 
 Je pense que tout le travail de dressage tient en priorité a cet état de fait..
Or, nous voyons beaucoup cela chez la jument sur cette vidéo, et tres peu chez le cheval...
Si on ne perd pas de vue le contexte: "nuque le point le plus haut".. "engagement"... "abaissement des hanches"... équilibre"... la différence entre les deux parcours est, ce me semble, criante...
 
Et je ne vous parle pas de la légèreté avec laquelle le cavalier de gauche agit...car si nous voulons bien réfléchir, avec une pareille élévation d'encolure et sur 135/140 aucun cheval ne pourrait finir un tel parcours (et le gagner) si son cavalier le "tenait" au lieu de simplement le "garder" dans cette attitude...il serait obligatoirement aussi creux qu'une baignoire...
 
 C'est par le fruit de son dressage depuis ses 4 ans, que cette jument se tient pratiquement seule, le cavalier ne faisant alors que la "garder" dans une attitude qui lui est alors devenue "naturelle"  !
--------------------------
 
Ce même cavalier (B.Duhamel) sur 1m45/150 et en CSI nous montre ce qu'est la "légèreté" quand le cheval est travaillé dès son début de dressage de sorte qu'il se tienne seul, sans l'aide de la main...(vidéo ci dessous)
 
 

LEGERETE sur 1m45 (Giotto/B.Duhamel) lequel Giotto monté par B.Duhamel fut deuxième de la finale des 6 ans a Fontainebleau
 
--------------
ll semblerait que cette méthode Orgeixienne de l'élévation de la base de l'encolure pour préparer l'abaissement des hanches au dire de certains soit cause de pas mal de désagrément dont le principal serait le creusement du dos du cheval avec le désengagement qui s'en suivrait...
 
Certainement pas, j'en suis le témoin au vu de centaines de jeunes chevaux travaillés dans ce sens...Ce ne sont que les fondamentaux équitants:
 "équilibre...engagement...légèreté" et uniquement ceux là si le travail a été conduit de façon progressive et réfléchie
 
Sans doute l'approche n'est elle pas la même que celle qu'on a coutume de voir dans la majorité des CE (et pour la plus part enseignée par les instances officielles) mais ce n'est là qu'une question d'appréciation de chacun, de personnalité et surtout d'expérience "a cheval"...
----------------------------------
 
 
                                                                                                                              
Grenelle V (SF) montée par B.Duhamel (élève depuis toujours de J.d'Orgeix) en classique 6 ans (Février 2000)
 
 
Je crains fort que beaucoup de concepteurs des manuels d'équitations fédéraux ne soient que des "technocrates" avant d'être "cavaliers"....(que les "vrais" cavaliers, s'il en existe dans cette situation, veuillent bien me pardonner l'amalgame)
 
----------------
Ci dessous:  Les toutes premières leçons de l'élévation de la base de l'encolure pour ce poulain de 4 ans (elles ont été précédées des mêmes leçons d'abord au pas, ensuite au trot, mais toujours dans le même registre) ...
A
 noter, et c'est important le respect du temps de travail "courts" suivi obligatoirement par des temps de repos (récréation)...
 
 
 
Pour suivre l'évolution de ce poulain reportez vous sur l'article qui traite son sujet:  
 
------------------
Je vous assure que je respecte le cavalier(ière) qui, par exemple, trotte et galope les mains a la braguette, d'autant que tres souvent ça se passe bien...mais la petite voix que j'entend souvent dans mon oreille me souffle: "Bon Dieu, les mains un peu plus hautes ça changerait la vie.".
 
As t'elle raison cette petite voix ? as t'elle tort ? comment le savoir sans enfourcher son cheval et essayer...
 
Ben moi, j'ai essayé ...et aussi demandé a cette cavalière (ci dessous) d'élever ses mains et les placer "au dessus" de la bouche de sa jument, ce qui provoqua instantanément le résultat que l'on peut voir...
 
Il est certain que ce résultat est éphémère et qu'il reste a travailler pour confirmer dans le temps cette spectaculaire métamorphose...mais la preuve est devant nos yeux, a nous de la prendre en compte dans nos réflexions...
 
 

Et si vous en faisiez autant, rien qu'une fois, pour voir ?
Ce n'était qu'un exemple en passant, on peut en citer beaucoup d'autres...
 
 
------------------------
Ci dessous, une anecdote racontée par J.d'Orgeix sur ce qu'on apprend officiellement en saut d'obstacle et ce qu'il est préférable de faire si on veut cotoyer la réussite plutot que l'échec...
 
----------------------------------
 
Extraits d'un DVD (ci dessous) commis par votre serviteur (et adoubé par J.d'Orgeix) : "L'élévation de l'encolure pour l'équilibre du cheval"
 
  Sont mis en exergue les atouts majeurs de l'équilibre du cheval soit:
 l'élévation de la base de l'encolure associés aux exercices d'engagement des posterieurs par abaissement des hanches...
 
 
 
---------------------------------------------------------
 
Pratiquement tous les poulains éduqués par l'extention de l'encolure vers le bas (pour soi disant muscler le dos...aimable plaisanterie) baissent leur garrot au moment de la battue d'appel...normal, la pluspart sont sur les épaules !
 
Par contre, ceux travaillés au relèvement de la base de l'encolure pour permettre aux hanches de s'abaisser et donc d'engager "vraiment" les posterieurs sous la masse gardent leur équilibrage "vers le haut"  favorisant ainsi la bascule au dessus de l'obstacle et un passage de dos efficace...
 
Nous pouvons voir les deux cas exposés sur la vidéo ci dessous
 
 
                                                                                                                                                            
-----------
 
(Vidéo ci dessous)...Bien sur, je ne dis pas que la pluspart des conseils entendus sur cette vidéo, les actions de la cavalière ainsi que les attitudes du cheval sont mauvais :
-Amener les mains vers soi (donc "tirer")
 
-Rênes tendues (tension= traction, donc cheval qui s'appuie, donc du poids dans les main, donc déséquilibre sur les épaules, donc impossibilité d'abaissement des hanches, donc engagement, s'il a lieu, sans intérêt....
Aucune LEGERETE qui est d'apres nous un préalable et non un aboutissement !
 
-Epaule intérieure du cheval qui tombe dans les voltes (déséquilibre et désengagement) ect....
 
Ces conseils, je les aient pratiqués moi même durant plus de 15 ans (avec un éperon de vermeil a la clé) et donc je peux me permettre de comparer les deux écoles en mon âme et conscience...
 
Je dis simplement que c'est l'antithèse de ce que je ressens sur ou a coté des chevaux que je fréquente depuis ma rencontre avec J.et N.d'Orgeix...
 
 QUi a tort...QUI a raison ?...."A CHACUN SA VERITE" sera ma conclusion personnelle !
 
 
 
 
-------------------------------------

 

Tout ce qui précède est une façon de faire expérimentée et réfléchie...elle ne condamne aucune autre méthode sérieuse...elle offre un choix délibéré et propose quelques réflexions que nous pensons utiles !

--------------------------------

                                               
Revenir sur le site: http://www.equi-midi.fr/
                                                    ------------------------------------------------------------
A suivre         
                     
 
                     
 ------------------------------------------------------------------------
  • La série des DVD (J.d'Orgeix) : http://www.jumpingvideo.com

     Nathalie d'Orgeix: ses stages (e.mail : orgeix@infonie.fr

     Les cahiers de dressage de Nathalie: cliquez ici  23)-Les stages de Nathalie d'Orgeix (1)..ses cahiers de dressage  

    ----------------------------------------------------
    A lire: "Dresser c'est simple" de J.d'Orgeix  (Belin)

    "Les MAINS et autres non-dits de l'équitation" de J.d'Orgeix (Belin)

    "Angles et rythmes" chez Robert Laffont

    "Mes victoires et ma défaite" (édition du Rocher)

     "Ils ont dit..." de Nathalie d'Orgeix chez Lavauzelle

    -------------------------------------------------------- 

 

Repost 0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 00:32

 

 

L'article No 30 vous amène sur tous les jumping CSO (A1) et CSI ** en compagnie de B.Duhamel et de ses chevaux de pointe du moment...

                 cliquez ici: 27)-CSO/CSI de B.Duhamel..(2000-2006)

----------------------------------------------------------------------------------

Le travail sur l'obstacle et les vidéos des concours que nous montrons par le biais de cet article sont favorable a la philosophie de J.d'Orgeix en la personne de B.Duhamel...

ce qui ne veut pas dire que nous récusons toute forme de travail venant d'autres horizons,d'autres cavaliers ou d'autres méthodes de travail... 
  ------------------------------------------- 

 

Bernard DUHAMEL disciple depuis toujours de J.d'Orgeix, cavalier "international "Pro1 durant plus de 20 ans (International Gd Prix CSO/CSI***) spécialiste jeunes chevaux "circuit classiques"...formateur avec Delphine Lestavel (monitrice DE) de plusieurs cavaliers(ières) amateurs et Pro2 se produisant toute la saison de concours sur le circuit CSO régional et national....(http://ecuriedelacoste.blogzoom.fr)  

desir

B.Duhamel travaille dans son Centre Equestre "le Haras de La COSTE" ses chevaux ainsi que ceux qui lui sont confiés pendant que Delphine s'occupe de la gestion des cours d'équitation de la cavalerie du club (poneys et chevaux)  

         ---------------------------------------------------------------------------------- 

 delph chval 1 

 Ci dessus :Ramdam et Delphine Lestavel monitrice du centre                                                   

Ramdam (sf) et Delphine a Pitray (novembre 2011)

-------------------------------------------

 
Le CSI de CASTRES (2006)
 
  Les parcours CSO et CSI de Bernard, a partir de 2001, font l'objet d'un article spécial (No 30 CSO/CSI de B.Duhamel...(Haras de La Coste à Albi (Tarn) cliquez ici) sur ce Blog 
 
  -------------------------------------------------------------------------------------------

                                      

  (Mars2010) Séance travail en vue de l'obstacle (PinUp sf 7 ans..par Flipper d'Elle)

 

 (Le travail en "décroissante" a l'obstacle en fin de séance mérite qu'on s'y attarde) 

 Gagnante en classique 6 ans en 2009 sous la selle de B.Duhamel. La séance est filmé en temps réel. (16'). 

      Le début de la vidéo montre Bernard travailler la souplesse et la décontraction de la jument au trot, avant le travail musculaire proprement dit consistant a rechercher l'engagement des postérieurs par des incurvations d'encolure et report de poids sur l'épaule extérieure dans un petit galop extrêmement rassemblé, entrecoupé d'allongements  "plein galop" et de ralentissements effectués sur 2 ou 3 foulées avec translation de poids d'avant en arrière sur abaissement des hanches par des actions sur des     rênes"fluides"...

 

 A partir de 6' 25" sur la vidéo, Bernard  oriente le travail sur l'élévation de l'encolure toujours au petit galop rassemblé et toujours entrecoupés d'allongements et ralentissements (8'05") sur 2 ou 3 foulées  en prévision du travail nécessitant de venir sur l'obstacle en foulée "décroissante" (10'45")...but initial de la séance ...

 

 

 

Attention, comme nous l'explique Bernard a la fin de la vidéo, il ne s'agit pas lors de "décroissantes" de "freiner" le cheval en le laissant mettre son poids sur les épaules et de résister a l'appui qui en résulte mais tout au contraire d'avoir un cheval équilibré dès le début de la demande de raccourcissement  des foulées et ce jusqu'a la battue d'appel ...

 

       Trente mètres de galop "plein pot"et donc une jument totalement sur les épaules et en 2/ 3 foulées revenir au "tout petit galop" complètement sur les hanches pour sauter l'obstacle....l

Une jument qui a chaque foulée reporte un peu plus de poids sur ses hanches par un cavalier qui le demande sur deux doigts..

  (ci-contre) nous pouvons voir la résultante de ce travail par le même cavalier sur un triple de CSI a 145/150 quand il s'agit de faire revenir un cheval sur les hanches...
Vous verrez peu de cavaliers agir de la sorte s'ils n'ont pas travaillés leurs chevaux de cette façon...
 
------------------------------------------------------------------
                
       (Janvier 2009)...Séance travail en vue de l'obstacle (Merlin sf 9 ans)

 

(La séance se termine sur des obstacles (1m50) tout en "décontraction" et légèreté...)

Pratiquement filmé en temps réel (8/10') B.Duhamel nous montre le travail sur le plat et a l'obstacle de Merlin (aa) de 9 ans, destiné aux épreuves a 125/130...
Sur le plat, nous voyons les exercices spécifiques propre a la méthode Orgeixienne pour l'abaissement des hanches et l'engagement des postérieurs grace au travail en incurvation d'encolure et report de poids sur épaule extérieure...

ainsi que les variations d'allures au trot et au galop pour les translations de poids de l'avant vers l'arrière propre a l'équilibrage du cheval d'obstacle...

Il faut noter a cet effet le travail fourni en élévation de la base de l'encolure pour un cheval se tenant "seul" sans l'aide de la main du cavalier..

 


   
C'est tout a fait ce qui se dégage de cette séance a l'obstacle qui commencée a 1m/110 se termine a 140/150 sans que nous puissions voir le moindre signe de lassitude de la part du cheval...

Nous sommes là dans le registre d'un  niveau supérieur d'obstacle qui a nécessité 2  à 3 ans de travail préalable.


Il est bien évident que pour demander a un cheval de faire un tour propre a 125/130 dans les mains d'un cavalier "amateur" il est obligatoire de le faire travailler "tranquillement" a la maison par un professionnel sur 130/140 sans qu'il soit pour cela a la limite de ses possibilités..
 
 
 ----------------------------------------------------------------------------

 

  POPAYANN (aa 6 ans) Etude d'un parcours cycle classique 6 ans 

Le parcours que je me suis permis de mettre au ralenti pour une explication détaillée du travail demandé....(Sous le contrôle de Bernard)

A remarquer donc:

 

 -1)La fixité des jambes du cavalier

 -2)La fluidité des rênes avant le saut

-3)l'accompagnement de l'encolure depuis le planer jusqu'a la réception et l'allongement des rênes qui glissent dans les mains du cavalier durant toute la phase descendante

 -4)Les deux foulées après la réception (pas de cheval cassé en deux)

 -5)Le retrait du buste du cavalier dans la phase descendante pour ne pas surcharger les épaules a la réception et pouvoir rééquilibrer facilement

     

-6)l'engagement du postérieur interne dans les tourners et l'équilibre du cheval du fait de l'incurvation et du report de poids sur l'épaule extérieure (remarquer "le couloir des rênes")

 -7) ce cheval bascule au dessus de l'obstacle grace a son passage de dos impressionnant..ce qui prouve la "bonne main" du vavalier qui ne gêne pas l'élévation du train arrière...

-8) les mains au dessus de la bouche du cheval

-9)Le relèvement de la base de l'encolure et "l'équilibrage constant" au moment de la battue d'appel...

Bien sûr tout n'est pas parfait dans le détail (il faut plusieurs années de travail pour arriver au haut niveau) mais en continuant dans ce sens POPAYANN devrait devenir dans deux ou trois ans un cheval de Gd PRIX...

                ---------------------------------------------------------------------------

 

Le CSI de RODEZ (2005)..."carrefour des légendes" 

 

Je considère cette vidéo (ci-dessous) comme valeur sentimentale et exemplaire de premier plan...

Nous y voyons J.d'ORGEIX au CSI de Rodez en compagnie du président du concours Frédéric Ichard scrutant avec intensité le parcours d'un cavalier et se désolant du petit point de dépassement de temps octroyé a ce cavalier...

     C'est qu'il s'agit de Ch.Cuyer qui fut le plus jeune champion de France de l'historique équestre (1976) et gagnant des plus grands CSIO, du temps ou il était un des principaux élève de J.d'ORGEIX....

 30 ans apres, il nous montre toute la technicité de ce qui etait, et est toujours, la "méthode" d'Orgeix....

Valeur émotive aussi de la part de cette vidéo...elle nous montre J.d'Orgeix un an avant son décés suite a un accident de la route(2006) 

Ce CSI (que j'ai appelé "carrefour des légendes") fut la rencontre de plusieurs médaillés d'Or mondiaux et/ou olympiques :

Gilles Bertrand de Balanda ...Pierre Durand...Jonquières d'Oriola...Jean d'Orgeix  

 

-----------------------------------------------------------------------------


  Un CSO en famille...Cycles classiques E.N.V.Toulouse (juin 2010)

 

Thierry et Coralie GASC, élèves de B.Duhamel, dressent et montent  leurs chevaux pour les cycles classiques jeunes chevaux :

 RITAL des Martrettes (aa 5 ans A)...RIPLAY des Martrettes (aa 5 ans A) et SWING (aa 4 ans)...

Trois doubles sans fautes pour ce concours...

N'oublions pas la deuxième fille de Thierry, Jennifer qui elle monte en PRO 2 ...

  

 ------------------------------------------------------------------------------------

 

La recherche de la légèreté...le principe de la barrière !
  
 
 
Delphine, monitrice aux écuries de La Coste à Albi(Tarn) chez B.Duhamel nous présente une de ses élèves sur sa jument de 5 ans "Révolution" (fille de Giotto II) dans un exercice qui allie l'apprentissage de la légèreté...

Manipuler les rênes, les allonger ou les raccourcir selon les besoins du moment sans qu'il y ait rien de changer en ce qui concerne le contact avec les commissures de lèvres de la jument...
 
C'est le principe de la "barrière" ( 20)-La "BARRIERE" cliquez ici...) permettant de pratiquer un petit galop plus ou moins rassemblé suivant le degré de dressage, "gardé" et non "tenu" sur des rênes fluides, par un cheval relevé devant et engagé derrière....
 
 
------------------------------------------------
 
Séance de travail sur l'obstacle (Delphine Lestavel. mono aux écuries de La Coste)
 

  Scéance de travail à l'obstacle avec ce cheval que j'ai aquis après son débourrage et travaillé pendant 3 ans, Musly un fils de Quatar de Plape (anglo arabe)

Ce jour là,il m'a appris à ne pas être pendue à sa bouche et à sauter rênes presque longues sur des obstacles isolés à 125/130

Super exercice que je fais de temps en temps encore aujourd'hui et que je conseillerai à tout le monde pour avoir d'autres sensations à l'obstacle!

 
 

 ------------------------------------------------------------------------

RETOUR sur le site: http://www.equi-midi.fr/ 

---------------------------------------------------

 

La série des DVD (J.d'Orgeix) : http://www.jumpingvideo.com

 Nathalie d'Orgeix: ses stages (e.mail : orgeix@infonie.fr

Les cahiers de dressage de Nathalie: cliquez ici  23)-Les stages de Nathalie d'Orgeix (1)..ses cahiers de dressage  

----------------------------------------------------
A lire: "Dresser c'est simple" de J.d'Orgeix  (Belin)

"Les MAINS et autres non-dits de l'équitation" de J.d'Orgeix (Belin)

"Angles et rythmes" chez Robert Laffont

"Chevalier d'aventures" chez Belmond 

 "Ils ont dit..." de Nathalie d'Orgeix chez Lavauzelle

-------------------------------------------------------- 



Repost 0

Présentation Du Blog

  • : www.equi-midi.fr
  • www.equi-midi.fr
  • : Réflexions sur 49 années passées sur ou a coté des chevaux....Un programme de travail en deux parties (11 chapitres) élaboré pour l'éducation du poulain "pour un dressage en vue de l'obstacle" (d'inspiration d'Orgeix)...Des articles spécifiques pour un meilleur emploi du cheval... 95% des videos (soffad) me sont personnelles..5% a www.jumpingvideo.com
  • Contact