Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 00:02

elevation encolure
 

DVD créé par Henri Daffos et commercialisé par www.jumpingvideo.com

----------------------------------------------
Tres Intéressantes discussions en perspective car différenciant l'école officielle francaise et la philosophie Orgeixienne, elle même relayée par les écoles anglaises, américaines et certaines allemandes....

 

------------------------

 

Il y a demande OBLIGATOIRE de ce relevé de la base de l'encolure sur 70 à 80% de la distance des parcours de CSO (6/7 foulées avant chaque obstacle) alors que dans la plus part des centres Equestres a vocation obstacle on ne voit que des chevaux travaillés CONTINUELLEMENT en extension d'encolure vers l'avant et pire encore vers le bas...

J'ai le sentiment que l'équilibre est sur les hanches, ce que personne ne remet en cause d'ailleurs, et donc aidé en cela par un relèvement de l'avant main....et ce relèvement est le fait d'effort musculaire IMPORTANT qu'il faut donc travailler...
Alors pourquoi cette "obligation" a faire travailler les chevaux par les cavaliers CONSTAMMENT en extension d'encolure vers le bas ?
 
....Pour travailler le dos, dis t'on ?
Mais le dos,dans ce cas,on l'étire,on ne le travaille pas...car un muscle ne travaille qu'en se contractant, jamais en s'étirant !..
 
                     Ok, je veux bien reconnaitre que dans ces conditions on peut noter "une avancée" des posterieurs sous la masse...une "avancée" non un engagement..on peut même parler de "poussée" des posterieurs !
 
Il y a donc obligation de travailler en relèvement d'encolure...de la base de l'encolure...pour retrouver "l'abaissement des hanches"
                 
Et oui, l'ABAISSEMENT DES HANCHES (sans lequel l'engagement des postérieurs n'est d'aucune utilité)  cet abaissement des hanches engendrant la propulsion des posterieurs vers le haut en plus de les avoir propulsés vers l'avant...
Plus encore que d'agir pour un relevé de l'encolure, de la base de l'encolure, il s'agit d'une translation de poids de l'avant vers l'arrière car en fait c'est de cela qu'il s'agit pour trouver "l'équilibre", l'engagement dans la légèreté qui permet le rassemblé du cheval d'obstacle a la battue d'appel comme a celui de dressage pour piaffer...
En fait l'engagement, le vrai, n'est pas celui qui permet la seule avancée des posterieurs (qui suffit a la grande majorité des cavaliers) mais celui qui est le fait du recul de la masse AU DESSUS des posterieurs (pratiquement jamais enseigné)...Le "reculé" en étant la parfaite illustration !
 
Du moment que nous savons que le rachis du cheval est pratiquement rigide (3/4 cms de mobilité a peine sur toute sa longueur, si on abaisse le devant, le cheval ne pouvant se plier, relevera l'arrière...c'est logique et même mécanique...  
 
Alors, ne vaudrait il pas mieux s'occuper en premier de procéder au relèvement de la base de l'encolure (avec toute les précautions d'usage bien sûr) pour abaisser "naturellement" l'arrière main ?
           
Est il interdit de penser que le travail sur un jeune cheval en extension d'encolure vers le bas, comme si souvent demandé dans les CE et par l'enseignement fédéral, ne va pas accentuer le déséquilibre de celui ci vers l'avant quand on sait qu'une fois monté et dans son attitude "normale" les 2/3 du poids du cavalier ajoutés aux 1/9 du poids du cheval sont supportés par l'avant main du cheval....et ce déséquilibre étant encore nettement accentué par une encolure étendue vers le bas, il est légitime de penser qu'une "tension" des rênes dans le temps de travail ne va pas se transformer en "traction" si le cavalier ne possède pas une grande technique individuelle...
avec comme dénouement probable la mise sur les épaules, surtout si on ajoute une action de jambes ?

Peut être un excellent cavalier peut éviter cette 'fuite en avant" mais combien d'autres tomberons dans ces travers ?
 
Peut on ignorer la "course a l'armement" qui se dessine tous les jours devant nos yeux...la succession de mors de plus en plus sévères ?


Mais attention, loin de moi l'idée de condamner la demande en extension d'encolure vers le bas qui est un tres bon moyen  pour remédier aux "dégats" causés par une fausse manipulation "momentanée" provoquant la contraction de tout ou partie du cheval...mais aussi et surtout pour procurer les instants de récréations et de repos qui teminent les exercices musculaires et demandée "rênes abandonnées"
 

 
  Tres sincèrement, je pense que l'équitation d'obstacle et le dressage qui l'acompagne ne peut se comprendre qu'avec le relèvement de l'avant main demandé EN PRIORITE... 
conjugué avec la cession de nuque et la mobilité de la machoire...et sans oublier le souçi permanent de l'impulsion...avec en parallèle, le travail en incurvation d'encolure qui assure l'engagement des postérieurs avec l'abaissement des hanches...
 
 
 
Et surtout, PAS de MAINS BASSES, jamais SOUS la bouche du poulain (sauf pour décontracter) car alors leurs actions se répercutent du haut vers le bas..avec un poulain qui se "creuse, qui ne peut pas amener ses postérieurs sous lui et qui se met en défense du fait de la douleur engendrée par l'appui du mors sur la langue, organe super sensible...(actions/réactions)
 
  Bien entendu, l'engagement des postérieurs et l'abaissement des hanches, sont travaillés parallèlement et de façon tout aussi progressive par les exercices d'incurvations d'encolures (que nous traitons dans un autre chapitre "l'incurvation et le report de poids sur l'épaule extérieure":  INCURVATION et REPORT de poids..cliquez ici ) 
 
 
La vidéo ci contre nous montre en première partie un poulain de 4 ans "travaillé" en permanence en extension d'encolure vers le bas....
 
Cette façon de faire (courante dans l'enseignement "classique" et malheureusement "officiel") va supporter pour le cavalier de base 
, car impossible de faire autrement,  un APPUI du poulain sur le mors pendant plusieurs mois au cours desquels, petit a petit, le cavalier(ière)  le relèvera devant (ou tout au moins essaiera)  pour obtenir un engagement des postérieurs "problématique"...c'est hélas la thèse de l'enseignement officiel !
 
De plus, on nous parle, dans ce cas, d'un travail de musculation du dos que nous estimons 
totalement  inexistant du fait de son étirement a la place de sa contraction...
 et même s'il existait ou serait dans ce cas l'abaissement des hanches trop souvent oublié puisque, nous l'avons dit plus haut, le rachis du cheval ne peut en aucun cas se plier ni longituditalement ni d'ailleurs latéralement et donc obligation de relever devant afin d'abaisser derrière...
 
la deuxième partie de cette vidéo, ce sont aussi des poulains de 4 et 5 ans montés par des cavaliers(ières) tous issus de l'école "Orgeixienne" et éduqués dés le début de leur dressage au relevé de la base de l'encolure .. avec bien sûr en parallèle une recherche de "cessions de nuque" ainsi que les exercices d'incurvation d'encolure pour l'engagement des postérieurs (voir a ce sujet l'article: cliquez ici..7)-INCURVER l' ENCOLURE..
 
Comme chacun sait, il est plus facile de "dresser" que de "redresser," et faire perdre l'habitude a un jeune cheval qui s'appuie pendant de longs mois sur le mors peut passer pour du " re-dressage" a venir !
 
----------------------------------------------------------
 
 Delphine sur Musly (aa) en séance de travail chez B.Duhamel
 
Les poulains habitués des le début du dressage a l'élévation de la base de l'encolure se tiennent déjà pratiquement "seuls" avec des cavaliers(ières) qui "gardent" et ne tiennent pas leurs poulains sur des rênes "fluides" (non tendues) en autorisant un simple "contact" et en refusant "l'appui"...
 La vidéo ci dessus nous en apporte la preuve par cette séance de travail sur 130 toute en décontraction et légèreté avec un cheval en équilibre sur les hanches et la nuque le point le plus haut...
             
---------------------------------------
Peut être ces deux écoles "risquent" (je met des guillemets car je n'y crois pas ) de se rejoindre dans un temps plus ou moins lointain...mais reste a savoir laquelle des deux est la plus agréable, la plus efficace et la plus apte a obtenir des résultats tout en préservant l'intégrité physique et morale du cheval...
           
Pour ma part, j'ai fait le choix, apres 25 ans de pratique et d'observation du relever de la base de l'encolure, synonyme d'EQUILIBRE et de LEGERETE .
             
Ci dessus stage obstacle avec Nathalie d'Orgeix (vidéo H.Daffos)
 
             
------------------------------------------
 
   (vidéo ci-contre)-Au 3 ème mois de travail pour ce poulain de 4 ans, sur un  parcours a 70 cms, avec comme consigne au cavalier de le faire pratiquement "rênes longues" (tout au moins "fluides") de manière a se rendre compte s'il était apte a se mouvoir "seul" sans l'aide de la main du cavalier pour le soutenir...
 
le résultat, au vu du parcours  étant a mon avis tout a fait probant 
 
Le programme de ce poulain depuis le début de son éducation:
 deux / trois fois par semaine 40/50' de travail sur le plat (séquences de travail COURTS suivis  impérativement de temps de repos) entrecoupés de sauts d'obstacles (isolés et/ou combinaisons faciles doubles ou triples ...5m50/6m de distance)...plus deux sorties en extérieur (60/90') boisés et dénivelés....Le reste box et paddock
 
 -------------------------------------------------------------------------------------
Jean d'Orgeix (ci dessous) au cours d'un de ses stages nous parle de l'importance de l'élévation de la base de l'encolure par action de mains de bas en haut et vers les épaules...Il souligne la position de mains basses en utilisation courante comme totalement négative et va même jusqu'a la comparer a une main "morte"...
Il nous parle de son entrevue avec le Maitre Oliveira...
---------------------------------------------------------
 
-
Elever la base de l'encolure OK mais sans oublier "la nuque le point le plus haut" et cette nuque "cédée" avec la mobilisation de la mâchoire qui va avec...détail qui a son importance en ce qui concerne la disponibilité  du cheval entre les mains du cavalier(ière) (vidéo ci dessous)
 
 
 
-----------------------------------------------------------

 

Visiter l'article No 8  qui traîte en détail du même sujet..http://www.equi-midi.fr/2014/05/comment-et-pourquoi-l-elevation-de-la-base-de-l-encolure.html

 
------------------------------------------------------------------------------------------

 

Les premiers procédés de dressage ont pour but d'élever l'encolure de manière à alléger le devant,

à rendre facile le reflux du poids d'avant en arrière,et d'arriver ainsi à l'équilibre.

  

L'élévation de l'encolure ne peut s'obtenir qu'en agissant en même temps sur la tête du cheval.....On ne s'occupe donc pas de la position que peut prendre en commençant cette dernière partie.  

Quand l'encolure se soutient bien,la légèreté à la main se complète par la décontraction de la mâchoire, et la tête se rapproche plus ou moins de la verticale.

                                                      DMCS - Kerbrech  p. 73
--------------------------------------------------------------------------- 
   
Les cavaliers de dressage de notre époque redoutent le "relèvement de l'encolure" par crainte du creusement du dos. Cela limite leurs performances, la haute équitation impliquant la possibilité de relever l'encolure comme de l'abaisser.  Colonel CARDE.

-Le ramener seul sans relèvement d'encolure présente le risque grave de mettre le cheval en arrière de la main par l'encapuchonnement, avec toutes ses conséquences pernicieuses. Général DECARPENTRY
.
 
Le relèvement de l'encolure est la base incontournable de toute vrai grande équitation. Jean d'ORGEIX
-----------------------------------------
 
Retour sur le site: http://www.equi-midi.fr/

 ------------------------------------------------------------------------

 

La série des DVD (J.d'Orgeix) : http://www.jumpingvideo.com

 Nathalie d'Orgeix: ses stages (e.mail : orgeix@infonie.fr

 Les cahiers de dressage de Nathalie: cliquez ici  23)-Les stages de Nathalie d'Orgeix (1)..ses cahiers de dressage  

----------------------------------------------------
A lire: "Dresser c'est simple" de J.d'Orgeix  (Belin)

"Les MAINS et autres non-dits de l'équitation" de J.d'Orgeix (Belin)

"Angles et rythmes" chez Robert Laffont

"Chevalier d'aventures" chez Belmond 

 "Ils ont dit..." de Nathalie d'Orgeix chez Lavauzelle

-------------------------------------------------------- 


------------------------------------------------------------------------------

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dominique Durand 04/02/2010 09:34


La première concerne l'hypothèse que vous avancez comme quoi les 2 méthodes ( extension d'encolure et travail consistant à abaisser les hanches et relever la base d'encolure) pourraient à terme se
rejoindre. Pour ma part j'ai la conviction qu'il n'en est rien et j'avoue ne pas bien comprendre cette affirmation.. Vous pourrez travailler 20 ans un cheval le nez par terre, jamais il ne sera
préparé pour sauter des obstacles hanches fléchies, c'est à dire la seule façon rationnelle d'aborder un obstacle. Tout le travail d'un Lansink consiste, en conservant la souplesse de la nuque, à
remonter degré par degré la base d'encolure et, corrélativement à abaisser les hanches. A ce propos, Pierre Pradier est un véritable imposteur pour qui connait les principes de l'équitation
supérieure. J'ai écouté son discours avec la plus grande attention. En fait ce discours est plein de vide. Des phrases creuses, des principes généraux dénués de tout fondement qui n'aident en rien
le pratiquant, des généralités désuettes. Pour attirer son public de néophytes, il est obligé de mettre en scène ses apparitions. C'est un personnage qui n'a aucun intérêt et une carte de visite
équestre totalement inexistante. Son goût pour l'extension d'encolure n'est simplement qu'un caprice pour exister (comme un chien qui pisse sur un réverbère pour marquer son territoire). Il a
profiter simplement de son poste de vétérinaire fédéral et de la crédulité d'un public quelque peu naif.

La seconde remarque a trait à la méthode à employer pour apprendre au cheval à rester derrière la main et à se soutenir de lui-même. Un des éléments clef, que vous n'évoquez pas dans votre article,
par ailleurs fort bien fait, est le fait que pour faire rapidement comprendre au cheval de rester derrière la main et de remonter la base de son encolure, il faut s'adresser à son cerveau et donc à
ses facultés de compréhension, et non pas uniquement à l'action des aides. Ce principe est d'ailleurs le fil rouge du dernier ouvrage de Paqui et constitue une originalité majeure dans l'oeuvre de
Jean d'Orgeix. Je pense d'ailleurs que sur ce point Jean d'Orgeix a encore actuellement énormément d'avance sur les grands cavaliers actuels, Lansink et autres.

Je suis actellement en train reéduquer un entier, fils de Papillon Rouge, à la fois puissant, avec énormément de sang et avec une personnalité plus que marquante, n'ayant peur de rien. Bref, une
brute avec de très gros moyens. Il revient d'Angleterre (il était dans l'écurie Whitaker et il en a fait baver à John sur le plan soumission) où il a eu un problème grave de tendon. Après sa
période de convalescence qui a duré 3 mois, j'ai repris le travail. Au tout début le cheval était violent, indiscipliné, provocateur, parfois dangereux. Or très rapidement, il a évolué jusqu'à
devenir actuellement tellement exemplaire qu'en voyant le cheval travailler, les membres de l'écurie m'envie de posséder un cheval aussi docile et coopératif. En effet, il se conduit avec deux
doigts (flexions, transitions, galop rassemblé, etc...), plus aucune notion d'effort et la légèreté absolue. Pourquoi ce résultat? Certainement pas parce que je possède un don particulier. Mais
UNIQUEMENT et SIMPLEMENT parce que j'applique avec rigueur les principes enseignés par Paqui et, en particulier parce que j'ai fait comprendre à ce cheval ce que j'attends de lui au lieu d'essayer
de lui faire faire par mes aides. Je lui demande poliment et c'est lui qui, de lui-même, éxécute. Cette philosophie préconisée par Paqui produit réellement des miracles quant à l'accès rapide à la
légèreté la plus extrême et à la soumission, en particulier avec les entiers frondeurs et susceptibles qui s'accomodent mal d'une contrainte mécanique débouchant sur un combat. Le relever de
l'encolure s'avère grandement facilitée si c'est le cheval lui-même qui décide de la provoquer, en réponse à une demande discrète de son cavalier, parce qu'il comprend ce que son cavalier attend de
lui. L'action mécanique de la main n'existe plus, la main devenant alors uniquement un outil de communication.

Tout çà pour dire que cette spécificité de son enseignement (s'adresser au cerveau du cheval) me parait tout à fait fondamentale et mérite d'être soulignée en permanence car, entre autres
conceptions révolutionnaires de Paqui, elle constitue un des aspects les plus originaux de son enseignement et les plus éfficaces.

A bientôt,

Dominique


soffad 29/01/2010 10:10


propos reçus de Dominique D.

Revenons sur l'enseignement officiel dont vous faites état dans votre blog et ci-dessous. Vous dites qu'il préconise de mettre le cheval en extension d'encolure vers le bas, puis de le remonter
progressivement.

Mais comment? Où est il expliqué précisemment et clairement dans l'enseignement officiel comment il faut s'y prendre pour remonter le cheval? Probablement, avec la tenue des rênes règlementaire et
l'appui nécessaire conseillé, en lui tirant sur la gueule.
Vous savez, l'enseignement officiel n'a en réalité aucune méthode, ni doctrine.

Depuis des années j'ai étudié très attentivement l'équitation classique Allemande. Le Gymnase du cheval de Gustav Steinbrecht a été mon livre de chevet. Toute ma vie j'ai navigué entre les
principes Bauchéristes de Jean d'Orgeix et les principes sensiblement différents de la grande équitation Allemande.
J'ai eu l'occasion de tester sur mes chevaux ces différentes philosophies.
En étudiant la monte des grands cavaliers d'obstacle actuels (je me lève tous les jours à 5h pour visionner 45 mn des cassettes videos), j'ai réalisé que tous les meilleurs cavaliers Allemands
(Beerbaum, Ehning, Ahlman, Michael-Beerbaum) avaient introduit dans leur monte des principes Bauchéristes (convaincus par Jean d'Orgeix???).
J'ai constaté récemment qu'en parvenant à appliquer sur un cheval les principes de Jean d'Orgeix dans toute leur acception, grâce à une rigueur à toute épreuve, du travail et un tact équestre
développé par cette équitation, TOUT devenait miraculeusement facile, et cela sur TOUS mes chevaux. Réactivité à d'infimes actions, que ce soit de mains ou de jambes.
Après avoir louvoyé de nombreuses années entre une équitation Allemande de qualité (inspirée de La guérinière), je suis maintenant convaincu de la suprématie de l'équitation prônée par Jean
d'Orgeix, vu les récents résultats que j'ai obtenus sur mes chevaux.

Sur le plan technique, j'ai réalisé que l'application avec succès des principes de d'Orgeix nécessitait strictement aucun appui. Que l'infime contact.
Le cheval doit constamment céder à l'appui des doigts sur les rênes, et ne jamais résister.
Le cavalier ne doit JAMAIS avoir la moindre contraction que cela soit le buste ou les jambes.
Très longtemps je suis monté avec un très léger appui, contact moelleux comme on dit. Grave erreur!! Il faut aller jusqu'au bout du bout pour accéder à cette équitation pratiquement idéale. Ce qui
m'a énormément surpris, c'est qu'un tel niveau de légèreté conduit à une impulsion incroyablement accrue. Plus besoin de Jambes !!! Alors que beaucoup de personnes, dont je faisais partie, pensent
que la légèreté risque de conduire à l'extinction du mouvement en avant, la perte de l'impulsion.
C'est en fait ce qui se passe quand la main contractée vérouille, tire.
Sinon avec une main habile, la légèreté au contraire réveille l'impulsion et simultanément favorise la soumission.
La tension continue des rênes, MEME TRES LEGERE, c'est monter avec le frein à main serré en permanence et donc nécessité de jambes plus actives qui contractent le cheval et donc celui-ci s'appuie
davantage. Le cercle vertueux est rompu, le cercle vicieux est entamé.

Pour moi, Jean d'Orgeix est indéniablement l'équivalent d'Oliveira. Je pense même que Jean d'Orgeix possédait une intelligence analytique supérieure.


soffad 29/01/2010 10:59


Je cite Dominique DURAND "La tension continue des rênes, MEME TRES LEGERE, c'est monter avec le frein à main serré en permanence et donc nécessité de jambes plus actives qui contractent le
cheval et donc celui-ci s'appuie davantage. Le cercle vertueux est rompu, le cercle vicieux est entamé"
Cette phrase devrait être inscrite sur chaque entrée de carrières ou de manèges....


Présentation Du Blog

  • : www.equi-midi.fr
  • www.equi-midi.fr
  • : Réflexions sur 49 années passées sur ou a coté des chevaux....Un programme de travail en deux parties (11 chapitres) élaboré pour l'éducation du poulain "pour un dressage en vue de l'obstacle" (d'inspiration d'Orgeix)...Des articles spécifiques pour un meilleur emploi du cheval... 95% des videos (soffad) me sont personnelles..5% a www.jumpingvideo.com
  • Contact