Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 12:40

 

  A partir d'une discussion sur forum:

 

 

 

 
 
 Pour parler de la précision avec ou sans mors (je pense que cela intéressera Soffad), il y a enfin des ennasures très précises qui ont vu le jour ces dernières années (lire le commentaire en fin d'article) 

 

 

      Je pense plus particulièrement au Likorne qui est loin d'être gracieux mais qui est un outil d'une précision rare (puisque créé à la mesure de la tête du cheval pour agir sur les points sensitifs du crâne). (ci dessus)

 

 







 

Présentation dessous (action semblable au bitless en plus léger)


En action



(Ungaro, étalon)

 

L'exposé qui suit est une réflexion toute personnelle je tiens a le préciser...

 

Je suis tout a fait d'accord avec l'exposé de la vidéo ci dessus pour dénoncer plus particulièrement ce qui concerne l'emploi de la muserolle telle qu'elle est utilisée par la grande majorité des cavaliers(ières) et de manière tout a fait répréhensible et inconfortable lorsqu'elle est serrée au maximum...

Pour ma part la dite muserolle sur tous les chevaux que j'ai monté ou fait monter est ajustée de façon a ce que deux doigts puissent facilement passer entre cuir et peau...et même souvent, employés "sans muserolle" (très rarement)...(photo ci dessous..H.Daffos sur Vizir)....

VIZIR-1979-copie.jpg

Je fais confiance a priori et loin de moi l'idée de dénigrer les choix et les besoins de tout un chacun de sérieux en matière d' enrênements puisqu'ils me sont totalement étrangers...

Je constate seulement qu'ils ne datent que de quelques mois pour certains, à peine quelques petites années pour d'autres et je préfère, si on le veut bien, me référer a ce que je crois connaitre un peu mieux et dont l'utilisation date depuis des centaines voire des milliers d'années

 ...autrement dit "une main, une rêne et un mors trois attributs qui quand ils sont complémentaires (et ils le sont très souvent) se suffisent a eux mêmes pour goûter a d'appréciables satisfactions équestres...

Main, rêne et mors qui n'ont pas empêché "l'animal" que nous enfourchons a être celui qui, depuis la nuit des temps, a augmenté sa taille, sa force et son intelligence "puissance 1000" (il n'avait que la taille d'un petit chien et c'est je crois l'exception parmi les créatures de l'univers) pour devenir peut être le plus bel "animal" de la création...

Une main, une rêne et un mors qui, telle une caresse, m'a fait, un jour, voir et filmer "ça"(vidéo ci dessous) et me faire rêver en pensant que si c'est possible en compétition et sur 1m50 j'imagine pouvant alors être mille fois plus facile en utilisation "normale" et durant toute une vie équestre ...

Le "Nirvana" ressenti par le couple cheval/cavalier sur le plat...

 


 

 

La rêne est un instrument de musique...on joue avec...dixit JDO"

J'ai toujours oeuvré du mieux que j'ai pu pour éduquer ma main et cela en étroite compagnie du mors, celui ci toujours considéré et utilisé comme complément (collaborateur) "amical plutôt que prédateur...et comme disait un de mes anciens instructeurs écuyer au Cadre (G.L): " Il y a un oeuf dans la bouche de ton cheval veille bien a ne pas le casser !)


Pas de pieds, pas de cheval...Pas de mains, pas de cavaliers !...les grands anciens n'avaient besoins que de fils de laine pour manoeuver leurs chevaux...

      --------------------------

Ma réflexion personnelle est que je ne vois pas l'intérêt du "sans mors" si on a le respect de la bouche du cheval et si on éduque celui ci au respect de la main du cavalier...

Pour ma part l'éducation "générale" du poulain à 4 ans se pratique a 80% rênes longues (pratiquement abandonnées, tout au moins tenues a la boucle) et le reste "rênes fluides" donc nullement traumatisant mais tres intéressant pour une accoutumance toute en douceur ...

 

 

 

Très honnêtement, je ne conçois pas que l'on puisse se passer du mors si on veut avoir un minimum de précision et de "ressenti"...n'oublions pas que nous avons a faire a 5 ou 600 kgs de muscles, dont les réflexes sont infiniment supérieurs aux nôtres et qu'il va falloir contrôler...

Mais ce n'est que mon avis sur la question...

et puisqu'il y a toujours le revers d'une réflexion ou d'une affirmation je me sens obligé de poser cette vidéo qui représente le haut niveau de ce qu'on peut prétendre faire "sans mors" et en suite "sans selle" pour une utilistion du cheval en CSO,dressage et CCE..

 

 

Et je ne parle pas de l'équilibre de cette cavalière, de l'indépendnace de ses aides et de son sens de l'obstacle...assez impressionnant, faut il le dire:


 

 

----------------------------------

Partager cet article

Repost 0

commentaires

soffad 12/07/2012 00:04


Je comprend parfaitement votre réflexion en ce qui concerne l'emploi d'un enrênement visant a supprimer le mors pour le cheval...


Je note votre extrême sensibilité tendant a préserver l'intégrité de votre poulain durant ses premières années d'éducation...


Je ne peux pas entrer dans des détails techniques sur le sujet n'ayant jamais pratiqué les nouveaux enrênements mais vous lisant depuis longtemps sur les forums je ne doute pas du sérieux de ce
que vous proposez...et c'est d'ailleurs pourquoi j'ai introduit notre discussion sur forum pour en faire un article sur mon site...


 

Sarah P. (a.k.a. Saberhagen) 11/07/2012 18:31


Flattée de trouver cette référence ici ^^ Disons que pour moi, le sans mors est une façon d'apprendre à être précis avec un outil pas forcément aussi précis qu'un mors. Donc tout en tâtonnant, on
préserve la bouche du cheval (je ne suis que Galop 4/5, et aujourd'hui je crains que cela ne veuille plus dire grand chose, d'où le fait que je préfère agir sur la boîte crânienne qui est solide
(sauf si on s'attaque à l'os du nez avec une muserolle trop basse par exemple) avant d'agir sur les barres qui peuvent couper les gencives de l'intérieur, provoquer des saignements, une
stagnation de l'hématome et du reste de la circulation sanguine, et donc l'engourdissement du nez).


 


L'avantage aussi du sans mors, c'est que cela agit par pression et non par traction (ce que le mors crée toujours plus ou moins, même à très faible niveau). Le mors est une incitation à la rêne
d'ouverture (même si le geste est ample et souple, il provoque toujours un mouvement de traction puisque le cheval se tourne du côté où le mors est étiré), là où le sans mors pousse à la rêne
d'appui (je me souviens néanmoins que D'Orgeix avait eu le bon sens de parler de "couloir de rêne à déplacer selon le degré de pli d'encolure souhaité).


 


Le fait est que quand on monte avec un encadrement professionnel (club ou moniteur indépendant), le couloir de rêne n'est pas respecté, les mains hautes ne sont pas autorisées, et si l'on tente
d'expliquer pourquoi, alors on se mange un élégant "si tu sais mieux que moi alors tu peux t'abstenir de prendre des cours !" Belle mentalité...


 


Donc en montant sans embouchure (en inventant n'importe quel prétexte devant le moniteur hostile), cela permet de le pousser à adapter son équitation classique à quelque chose de plus poussé.


 


 


Dans la nature, pour se diriger, les chevaux se "poussent" entre eux. C'est pourquoi le sans-mors, qui agit par pression et non par traction, est également plus logique dans l'éducation du
poulain. Et le temps que le cavalier se fasse à sa nouvelle monture et qu'il confirme son niveau équestre tout en laissant la bouche du poulain atteindre sa maturité, je pense que rester en
ennasure est plus sage.


 


On a tout le temps d'introduire le mors plus tard, vers les 6/7/8 ans du cheval :)

Présentation Du Blog

  • : www.equi-midi.fr
  • www.equi-midi.fr
  • : Réflexions sur 49 années passées sur ou a coté des chevaux....Un programme de travail en deux parties (11 chapitres) élaboré pour l'éducation du poulain "pour un dressage en vue de l'obstacle" (d'inspiration d'Orgeix)...Des articles spécifiques pour un meilleur emploi du cheval... 95% des videos (soffad) me sont personnelles..5% a www.jumpingvideo.com
  • Contact